Est-ce qu’un régime alimentaire méditerranéen peut prévenir les maladies cardiovasculaires ?

Bilan

Il subsiste des incertitudes quant aux effets d'un régime méditerranéen sur l’apparition ou la récurrence de maladies cardiovasculaires et sur les facteurs de risque (comme l’hypertension), et ce malgré un grand nombre d'essais inclus. La valeur probante des données à l'appui de bénéfices modestes sur l’occurrence de maladies cardiovasculaires est faible ou moyenne. Peu d'études font état d’effets indésirables minimes. Les études en cours pourraient apporter davantage de certitude à l'avenir.
 

Qualité de preuve

La qualité des preuves est faible pour des différences qui sont très petites.

Contexte

Il est bien établi que l’alimentation joue un rôle majeur dans l’apparition des maladies cardiovasculaires. Le régime alimentaire dit « Méditerranéen » est particulièrement intéressant en raison d’observations selon lesquelles les populations des pays du bassin méditerranéen, tels que la Grèce et l’Italie, ont une mortalité par maladies cardiovasculaires plus faible que celles de populations d’Europe du nord. Le régime méditerranéen se défini principalement par une consommation importante de fruits, légumes, céréales et d’huile d’olive, une consommation modérée de produits laitiers d’œufs et de vin, une consommation limitée de poisson et une consommation faible de viande. 
Le but de cette étude était de déterminer l'efficacité d'un tel régime pour la prévention de l’apparition ou la récurrence des maladies cardiovasculaires en se basant sur des données probantes provenant d’essais cliniques contrôlés randomisés, plutôt que sur des données provenant d’études observationnelles.